En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Mathias Sandorf

Jules Verne, Mathias Sandorf

 

Pour écrire Mathias Sandorf, publié en 1885, Jules Verne s'inspire de ses propres croisières de 1878 et 1884 en Méditerranée. Le premier titre du roman est d'ailleurs précisément Méditerranée, comme on peut le lire sur le manuscrit.


Et Mathias Sandorf alias Docteur Antékirtt Zoom_Sandorf_2+3.jpgsur le pont de sa goélette la Savarena fait immanquablement penser à Jules Verne lui-même à bord de son yacht le Saint-Michel III.
 


À ses propres impressions et souvenirs Verne associe, selon ses habitudes de travail, une abondante documentation puisée en particulier dans les publications de Charles Yriarte, notamment Les Bords de l'Adriatique et le Monténégro : Venise, l'Istrie, le Quarnero, la Dalmatie, le Monténégro et la rive italienne Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre (1878).

Il peut ainsi par exemple décrire avec la plus grande précision la petite ville et la forteresse de Pisino (actuel Pazin en Croatie), d'où s'évade Mathias Sandorf au début du roman. Le magazine Invitation au voyage de la chaîne TV Arte Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre y a consacré l'un des ses reportages.

Zoom_Sandorf_4.jpgSur cette toile de fond géographique et maritime, fil rouge de ses romans, Verne ambitionne en outre de faire de Mathias Sandorf "le Monte-Cristo des Voyages extraordinaires", qu'il dédie aux Dumas père et fils "comme un témoignage de ma profonde amitié". Les deux hommes l'avaient en effet soutenu à ses débuts parisiens et littéraires.

Zoom_Sandorf_5.jpgS'il n'égale vraiment ni ce modèle revendiqué, ni la puissance épique d'autres héros verniens comme le capitaine Nemo ou Michel Strogoff, Mathias Sandorf n'en offre pas moins à ses lecteurs  une grande richesse et variété thématique : fantastique scientifique, utopie sociale, énigme codée… et même sinon surtout histoire, géopolitique et droit des nationalités face aux impérialismes, dont Laure Lévêque nous  propose une lecture dans son article : "L’Euro-Méditerranée de Mathias Sandorf (1885) : de la rhapsodie hongroise à la symphonie pour un nouveau monde" (Babel Littératures plurielles, 36/2017 Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre).

 

Mathias Sandorf est à lire ici Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre