En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Jules Verne illustré

Comment représenter une réalité inventée ou inconnue tout en demeurant crédible ? Tel est l’enjeu auquel doivent se mesurer les illustrateurs des Voyages extraordinaires. L’éditeur Pierre-Jules Hetzel souhaite concilier la fidélité à l’univers vernien et la qualité de la représentation. 
Les exigences de Jules Verne et de Pierre-Jules Hetzel requièrent une collaboration étroite avec les artistes et font l’objet d’une correspondance importante. Les dessinateurs doivent reproduire avec le plus de fidélité possible les descriptions données par Jules Verne. Les illustrations ne sont pas un agrément du livre mais un équivalent du texte. 
 Entre la réalisation du dessin et son impression dans les ouvrages, une étape essentielle est souvent ignorée : celle de la gravure. Une des techniques de gravure utilisée au 19e siècle est la gravure sur bois et plus précisément la gravure sur bois de bout
Le principe de cette gravure est le suivant : le graveur esquisse le dessin sur un bloc de bois taillé de façon à présenter une surface plane. Le contour du dessin est creusé grâce à différents outils comme le burin ou la gouge. Tout ce qui est gravé apparaîtra en blanc à l’impression. Lorsque la taille est terminée, le dessin initial apparaît en relief sur le support de bois. Pour encrer le relief de la matrice en bois, on utilise un rouleau ou un tampon avec une encre suffisamment ferme pour ne pas couler dans les creux. L'encre se dépose ensuite sur les reliefs ainsi laissés et imprime sur le papier le résultat. 
C’est en effet la main du graveur qui, en reproduisant et en taillant dans le bois le dessin de l’illustrateur, permet, à partir de bois gravés, le tirage des empreintes métalliques. Les clichés de ces dernières sont ensuite reproduits par galvanotypie  - procédé qui permet d’obtenir par électrolyse des moulages métalliques pour fabriquer des formes imprimantes en relief, appelées clichés ou stéréotypes - en dizaines de milliers d’exemplaires. Cette étape explique la présence d’une deuxième signature souvent visible en bas à droite de la gravure.
 

JV_illustré_Couv_303.jpg

En savoir plus :
Images de Jules Verne
303  Hors-série n° 134
2014

 

 

AutourdeLune4_316.jpg


Notre sélection thématique

 

109.jpg
Les illustrations des romans de Jules Verne